Le roman-feuilleton

La naissance d’un roman-feuilleton – épisode 3

Avec Alcide et Raoul, à la découverte des cadoles, meurgers et autres murs en pierres sèches.

Une Cadole sur la commune de Talant à proximité de Dijon
Crédit photo : François Bugnon

Les vignerons rangeaient leurs outils, se protégeaient des intempéries, dans des abris construits à l’aide de pierres sèches calcaires – les laves de Bourgogne. Ces petites cabanes, appelées cadoles ou cabottes, visibles encore aujourd’hui dans les vignobles ou anciennes parcelles en friche autour de Dijon, ont fait l’objet de restaurations attentives de la part de passionnés. https://www.cadoles-et-meurgers.com/

Alcide, un des personnages du roman-feuilleton en construction, habite dans une cadole, sur un plateau calcaire. Le Diogène des cabanes en pierres sèches agrandit son domaine grâce au savoir-faire transmis par Raoul, son oncle, un cep de vigne de 66 ans d’âge. L’utilisation des cadoles fut abandonnée en 1920.

Celle d’Alcide comporte plusieurs pièces, reliées entre elles par des sortes de tunnels – pures inventions de ma part. Sans eau courante ni électricité, c’est dans cette beauté spartiate que vivote ce marginal des campagnes.

L’hiver, Raoul répare les meurgers, ou murs en pierres sèches, qui délimitent les parcelles de ses vignes, sans aucun mortier. Le murailler entre en action : aucune erreur n’est permise dans cet assemblage savant.

Un mur en pierres sèches sur la commune de Talant à proximité de Dijon
Crédit photo : François Bugnon

L’ épierrage des parcelles de vignes parsemées de laves calcaires constituait une source inépuisable de matériaux entrant dans la construction de ces murs et cadoles. Aujourd’hui, il n’est pas rare d’assister à leur restauration par des bénévoles. C’est d’ailleurs lors d’un chantier nature avec le Conservatoire des Espaces Naturels de Bourgogne que l’auteur de ces lignes a pu remonter ses manches ,et commencer la restauration d’un de ces meurgets sur le plateau calcaire de Nantoux (21). Si vous êtes intéressés, le chantier existe toujours. Pour vous y inscrire : https://www.cen-bourgogne.fr/fr/l-aventure-se-poursuit-a-nantoux-21_337.html

La semaine prochaine, je vous emmènerai dans les rues de Dijon, à la recherche d’un trésor…et d’un autre protagoniste du roman-feuilleton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.